L age et la conduite

Les principales mesures de prévention en matière de sécurité routière

 

 

 

L'éducation à la sécurité routière concerne l'ensemble des usagers de la route,du plus jeune age jusqu'à la fin de la vie.C'est un processus progressif et continu. Il faut prendre en compte tout les aspects comportementaux:c'est ce que propose le continuum éducatif

 

  1. I) Continuum éducatif

 

Une éducation tout au long de la vie:de 0 à 99 ans.C'est une série de certification et formation en matière de sécurité routière.

 

            1) APER:attestation première éducation routière

 

L'enseignant va évaluer l'élève pendant  sa scolarité à l'école primaire. L'école primaire se compose de 3 cycles. Il va évaluer 3 aspects : enfant piéton, enfant rouleur, enfant passager.Une co-validation enfant/enseignant aura lieu pour la validation de la grille de chaque cycle.

 

-cycle 1:maternelle petite section

             maternelle moyenne section

             maternelle grande section

 

-cycle 2: maternelle grande section

              CP

              CE1

 

-cycle 3: CE2

              CM1

              CM2

 

2) Les attestations de sécurité routière

 

                        - ASSR1:attestation de sécurité routière

Elle est nécessaire pour le permis AM et s'obtient en 5° au collège

 

                        - ASSR2:

Elle est nécessaire pour le permis B et s'obtient en 3°

 

                        - ASR:

Alternative pour les personnes non scolarisées.Accessible à partir de 16 ans,aux adultes le désirant, dans un GRETA

 

 

            3) La formation à la conduite automobile

 

 

  • AAC

 

Inscription à l'Apprentissage anticipé de la conduite en école de conduite:

  • être âgé de 15 ans ou plus ;
  • avoir l’accord de son représentant légal et de l’assureur du véhicule.

Conditions d'accès:

Pour commencer la conduite accompagnée, il faut :

  • avoir réussi le code de la route;
  • avoir suivi une formation pratique de 20 heures minimumavec un enseignant de l’école de conduite ;
  • avoir bénéficié d’une évaluation favorablede la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière qui se matérialise par la remise de l’attestation de fin de formation.

Avantages de l'Apprentissage anticipé de la conduite ?

L'apprentissage anticipé de la conduite permet :

  • de réduire la période probatoire du permis à 2 ans au lieu de 3 (les nouveaux titulaires du permis de conduire disposent de 6 points sur leur permis et doivent attendre deux ans sans infraction avant d’en obtenir 12) ;
  • de commencer la formation initiale en école de conduite (code et conduite) dès 15 ans ;
  • d’acquérir de l’expérience de conduite ; 
  • de passer l’épreuve du permis de conduire à 17 ans et demi. En revanche, il n’est possible de conduire seul qu’à partir de 18 ans ;
  • d’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première fois contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel ;
  • souvent d’obtenir un tarif préférentiel sur son assurance « jeune conducteur ».

L'accompagnateur ?

L'accompagnateur doit :

  • être titulaire du permis B (permis automobile) depuis au moins cinq ans sans interruption ;
  • avoir obtenu l'accord de son assureur ;
  • être mentionné dans le contrat signé avec l'école de conduite.

Il est possible d'avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial.

Déroulement de l’Apprentissage anticipé de la conduite ?

La conduite avec l'accompagnateur se déroule sur une durée d'au moins un an et une distance parcourue de 3 000 km minimum.
Cette période débute par un rendez-vous préalable et est ponctuée de deux rendez-vous pédagogiques obligatoires.

  • Le rendez-vous préalable a lieu en présence de l'enseignant et du futur accompagnateur, au moment où l'enseignant estime que l'élève est prêt à conduire avec son accompagnateur. L'enseignant dispense alors ses conseils aux deux parties pour bien commencer la période de conduite accompagnée.
  • Le 1er rendez-vous pédagogique a lieu entre quatre et six mois après la date de délivrance de l'attestation de fin de formation initiale. C'est généralement un rendez-vous collectif avec d'autres élèves et leurs accompagnateurs.
  • Le 2e rendez-vous pédagogique a lieu après 3 000 km parcourus.

Lors de ces rendez-vous pédagogiques, animés par un enseignant de la conduite, les élèves sont invités à échanger sur leurs premières expériences et sur des thèmes de sécurité routière. Une phase de conduite est également prévue pour mesurer les progrès réalisés par l'élève et apporter les conseils nécessaires pour continuer la conduite accompagnée dans de bonnes conditions.

 

Rappel des modifications récentes:

 « l’apprentissage de la conduite accompagné » (AAC) a été assoupli. Depuis le 1er janvier 2010, l’accompagnateur n’est plus obligatoirement âgé de 28 ans, mais doit justifier de 5 ans de permis B sans avoir commis d’infractions graves. L’ancienne durée maximum de 3 ans pour parcourir 3 000 kilomètres minimum a été supprimée. Ce qui permet aux candidats de continuer à perfectionner leur conduite avec des proches, en cas d’échec à l’examen.

 

3.2) Conduite supervisée:

Inscription à la conduite supervisée:

  • avoir 18 ans ou plus ;
  • avoir l'accord de l'assureur du véhicule.

Les conditions d’accès:

On peut choisir la conduite supervisée :                            

  • soit au moment de l’inscription à l’auto-école ;
  • soit après un échec à l'épreuve pratique.

Pour y accéder, il faut :

  • avoir réussi le code de la route ;
  • avoir suivi une formation pratique avec un enseignant de l’école de conduite (20 heures minimum) ;
  • avoir bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son enseignant de la conduite et de la sécurité routière.

Après la phase de formation initiale, le candidat doit :

  • Avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d’assurances sur l’extension de garantie nécessaire pour la conduite du ou des véhicules utilisé(s) au cours de la future phase de conduite supervisée. Cet accord précise le ou les noms des accompagnateurs autorisés par la société d'assurances à avoir cette fonction. Il est joint au contrat de formation de l'élève, qui précise les obligations relatives à la fonction d'accompagnateur et les conditions spécifiques à la conduite supervisée, ou à l'avenant au contrat de formation, si le choix de la conduite supervisée a été décidé après la conclusion du contrat.
  • Avoir obtenu l'attestation de fin de formation initiale (AFFI). Un exemplaire est transmis à la société d'assurances par le souscripteur du contrat de formation.

Après un échec à l'épreuve pratique de l'examen du permis de conduire, le candidat doit :

  • Avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d'assurances.
  • Avoir obtenu une autorisation de conduire en conduite supervisée. Un exemplaire est transmis, dès sa délivrance, à la société d'assurances par le souscripteur du contrat de formation.

Avantages de la conduite supervisée:

La conduite supervisée permet :

  • d’acquérir de l’expérience de conduite à moindre coût pour compléter sa formation initiale et, en cas d’échec à l’examen pratique, d’améliorer ses acquis en attendant de le repasser ; 
  • d’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire : 74% de chances de l’obtenir dès la première fois contre 55% par la voie de l’apprentissage traditionnel.

L'accompagnateur:

L'accompagnateur doit:

  • être titulaire du permis B (permis automobile) depuis au moins cinq ans sans interruption ;
  • avoir obtenu l'accord de son assureur ;
  • être mentionné dans le contrat signé avec l'école de conduite.

Il est possible d'avoir plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial.

Déroulement de la conduite supervisée:

La conduite supervisée se déroule avec un accompagnateur pendant au moins trois mois et la distance à parcourir est de 1 000 km minimum.

Cette période débute par un rendez-vous préalable, complété par un rendez-vous pédagogique obligatoire. 

  • Le rendez-vous préalable a lieu en présence de l’enseignant et du futur accompagnateur, au moment où l’enseignant estime que l’élève est prêt à conduire avec son accompagnateur. L’enseignant dispense alors ses conseils aux deux parties pour bien commencer la période de conduite accompagnée.
  • Le rendez-vous pédagogique a lieu après 1 000 km parcourus.

Rappel des modifications récentes:

« La conduite supervisée », une nouvelle offre pour les plus de 18 ans. Sur 3 mois et 1 000 kilomètres minimum, les candidats de plus de 18 ans peuvent désormais compléter leur formation initiale par une phase de conduite accompagnée leur permettant d'acquérir davantage d'expérience à moindre coût. Le candidat doit au préalable avoir réussi l’épreuve du « code » et suivi au moins 20 heures de conduite en école de conduite. Ce dispositif est également ouvert après un premier échec à l’examen.

 

 

                        3.3) Conduite encadrée:

 

Accès à la conduite encadrée :

  • être âgé de 16 ans ou plus ;
  • préparer un diplôme professionnel menant aux métiers de la route (BEP ou CAP de conducteur routier) dans les établissements de l’éducation nationale.

Cette formule s’effectue pendant une formation scolaire qui dure en moyenne deux ans. L’élève obtient son permis de conduire dans le cadre de son diplôme.

Les avantages de la conduite encadrée :

  • d’acquérir de l’expérience de conduite ; 
  • d’augmenter sensiblement ses chances de réussite à l’examen du permis de conduire ;
  • d’obtenir son permis de conduire dès le jour de ses 18 ans (sous réserve d’avoir obtenu son diplôme professionnel).

 

Les conditions d’accès :

Dès la réussite aux épreuves de la catégorie B du permis de conduire (code et conduite), passées au sein de l’établissement, après accord du chef d’établissement et participation à un rendez-vous préalable, le jeune conducteur peut conduire avec l’accompagnateur de son choix afin de maintenir et améliorer son niveau de compétence et d’expérience.

L'accompagnateur :

L'accompagnateur doit:

  • être titulaire du permis B (permis automobile) depuis au moins cinq ans sans interruption ;
  • avoir obtenu l'accord de son assureur.

Il est possible d'avoir plusieurs accompagnateurs.

Déroulement de la conduite encadrée :

La conduite avec un accompagnateur est possible jusqu’à la délivrance du diplôme professionnel, lequel conditionne la délivrance du permis de conduire (sous réserve d'avoir 18 ans, âge légal pour conduire).

Un rendez-vous pédagogique doit être organisé au cours de la période de conduite encadrée.

 

3.4) Formation B:

  • formation traditionnelle avec un minimun de 20h à partir de 18 ans.examen théorique du code de la route ainsi qu'un examen pratique de la conduite automobile.

 

 

 

  1. II) Le permis à point

 

 Le permis à point s'inscrit dans une démarche pédagogique. Il a pour objectif d'éviter l'infraction et sa récidive. La perte de points est une alerte,incitant le conducteur à un comportement responsable.

Le capital point est de 6 depuis le 1/03/2004, puis 12 au bout de 3 ans pour le B et de 2 ans pour l'AAC.

Depuis le 01/01/2008,s'ajoute 2 points de plus chaque année si aucune infraction n'a été commise.Pour l'AAC,il y a 3 points par an.

 

1) Le permis probatoire

 

En France, les 18-24 ans représentent  21 % des victimes des accidents de la route alors qu'ils ne constituent que 9 % de la population.La mise en œuvre du permis probatoire par les pouvoirs publics depuis le 1er mars 2004 a pour principal objectif de lutter contre l'accidentalité des conducteurs novices. Ce permis doit rendre responsable le nouveau conducteur et en faire un conducteur sûr.

 

Durée:

           -2 ans pour les AAC

           -3 ans pour les B

 

 

 

            2) Le stage de récupération de points ou stage de sensibilisation

 

Le stage sert à comprendre ce que sont l'insécurité routière et l'accident.Cela permet de réfléchir sur sa conduite et son comportement à l'égard des autres afin d'éviter de réitérer de nouvelles infractions.

 

La durée du stage est de 16 h sur 2 jours consécutifs. Il permet de recapitaliser des points. il peut être obligatoire pour une perte supérieure ou égal à 3 points sans atteindre  6 points.

Le suivi d'un stage permet de récupérer des points uniquement s'il reste au moins 1 point sur le permis de conduire. A zéro point, il est trop tard.

 

Les points perdus peuvent être récupérés de deux manières : 

  • En adoptant un comportement responsable au volant.
    • en cas de perte d’un seul point, celui-ci est réattribué après 6 mois sans infraction ;
    • en cas de perte de plusieurs points, ceux-ci sont réattribués après deux ou trois ans* sans nouveau retrait de point(s).
  • En suivant un stage de sensibilisation à la sécurité routière. 4 points maximum peuvent être récupérés.

Trois ans si l'une des infractions ayant entraîné un retrait de points est un délit ou une contravention de la quatrième ou de la cinquième classe.

 

            3) Les stages post-permis

 

Ces formations comprennent des phases de conduite et d’animation en salle ou uniquement des ateliers en salle.
Les stagiaires sont formés à partir de cas concrets centrés sur les thèmes de la vitesse, de l’alcool, de la fatigue et de la vigilance. 

Les évolutions en matière de réglementation, d’infrastructures et de techniques automobiles sont particulièrement traitées dans les stages seniors.
Ces stages permettent d’échanger sur son expérience de la conduite, d’appréhender les limites du système de circulation et de comprendre que la conduite est une activité sociale, nécessitant le respect de normes.

 

Il existe également des recherches sur la prévention du risque routier en milieu professionnel.

 

  • Autres mesures de prévention

 

                        1) Le triangle et le gilet

 

Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 13 février 2008 a décidé de rentre obligatoire la présence dans tout véhicule d’un gilet de sécurité et d’un triangle de pré-signalisation (en complément des feux de détresse). Le non respect de ces obligations est passible d’une contravention de la quatrième classe (amende forfaitaire de 135 €, amende minorée de 90 €).

Les cycles, les deux-roues motorisés, les véhicules à trois roues et quadricycles à moteur non carrossés ne sont pas soumis à cette obligation. Cependant, tout conducteur ou passager d’un cycle est soumis à l’obligation de porter un gilet de haute visibilité hors agglomération, la nuit et le jour lorsque la visibilité est insuffisante.

 

Le triangle doit etre placé à au moins 30m de l'obstacle qu'il doit signalé

(arreté du 30/09/2008:présignalisation du véhicule)

Le gilet doit etre placé dans un endroit facile d'accès pour le conducteur,comme la boite à gant.

 

                        2) La signalisation dynamique

 

 

Elle délivre des messages amenés à être modifiés fréquemment.Elle informe les usagers des perturbations.

Elle a 3 objectifs: -la sécurité des usagers(éviter le sur-accident)

                            -informer

                            -gérer le trafic

 

 Les panneaux à messages variables sont adaptés aux conditions évolutives de circulation, de sécurité ou d'environnement:généralement simples et courts,utiles et essentiels.(panneau XC50)

ex: salage en cours;bouchon;accident

 

Ce sont des messages ponctuels qui informe le conducteur et lui permet d'adapter son comportement.

 

Panneau d'indication et d'alerte: individualisé sur la vitesse

                                                        zone fréquentée par les enfants

                                                        smilet heureux/triste

Il affiche la vitesse à laquelle on roule ou alerte s'il y a un dépassement de vitesse. Il peut être accompagné d'un pictogramme. Il permet aux usagers de la route d'être conscient de leur comportement sur la route: fonction de radar pédagogique

 

Exemple de cette signalisation:

                 -Xm4g:pannonceau camion

                 -XB9f: interdiction au bus

                 -XB3a: interdiction de dépassement pour les poids-lourd

 

                        3) Les campagnes publicitaires:

 

 

-télévisées "Avez déjà retenu un ami qui a bu?"

-les affichages publicitaires

-le SAM:"Si t'as pas de SAM,t'as le SEUM"

 

Ces campagnes ont pour but de sensibiliser le maximum de conducteurs automobiles pour les faire changer de comportement sur la route.